Mes séries et moi

17 octobre 2017

This is Us - saison 2

*** Spoilers 203 ***

L'an dernier, tout le monde a encensé This is us. Alors bon, on a beau ne pas trop aimer avoir un coup de foudre pour une série quand tout un tas de gens l'ont en même temps, faut avouer que cette série est vraiment chouette ! Et pas seulement parce qu'il y a Jess de Gilmore Girls.

Il y a pas mal de choses que j'aime dans This is us, mais ce que je préfère je crois, c'est cette histoire de frères et soeurs. J'aime la dynamique des triplés, enfants et adultes. Le lien qui lie Kevin et Kate est particulier, mais Randall a su se faire sa place aussi. On les découvre à 30 ans, et au fur et à mesure des flashbacks on creuse leur histoire, les difficultés entre Kevin et Randall notament. Et puis évidemment il y a Jack, le père affectueux, le modèle, le papa qu'on aurait tous voulu, ou le mari qu'on voudrait. Il est là avec le bon mot dans chaque coup dur, pour sa femme et ses enfants. Et il y a Rebecca, la jolie maman, qui fait de son mieux et ne s'en sort pas si mal. Et il y a aussi tous ceux qui gravitent autour de cette famille nucléaire.

La saison 1 nous a tenu en haleine avec le destin de Jack, quand meurt-il, comment les wagons des différentes époques se raccrochent-ils les uns aux autres ? l'exercice n'était pas facile et les scénaristes s'en sont sortie sans encombres. Un début de réponse nous est apportée dans cette nouvelle saison. Et c'est là que ça devient encore intéressant, car si la saison 1 avait construit l'image du père idolâtré, la saison 2 la fait tomber. C'est un peu l'adolescent qui découvre que ses parents ne sont pas les rocs qu'il avait imaginé. Alors on n'en aime pas moins Jack, mais disons qu'on comprend mieux le silence qui entoure son souvenir dans le présent.

Concernant les différentes intrigues amenées pour les triplés, je suis un peu circonspecte. J'ai peur que l'histoire de Kate qui veut chanter ne soit un peu redondante avec l'histoire de sa mère, même si ça a permis de savoureuses scènes entre elles deux. J'attends également de voir ce que donnera le fil de Randall et sa femme, famille d'accueil. J'aurais aimé qu'on donne à Randall quelque chose à faire qui n'ait rien à voir avec le fait qu'il a été adopté. J'imagine qu'il y a encore quelques pistes intéressantes à creuser par ici, mais j'espère qu'on ne cantonnera pas le personnage à ces intrigues d'enfant adopté indéfiniment. Quant à Kevin, j'aime que sa soeur lui mette le nez dans sa pelote non démêlée de relations avec son défunt père. J'attends de revoir Sophie plus souvent, j'aime bien ce couple. Je ne serais pas contre non plus des flashbacks de leur mariage raté.

Posté par LucileLand à 11:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


16 octobre 2017

Once Upon a Time - saison 7

*** Attention spoilers 702 ***

Once upon a time était une des ces séries qui tournait en rond depuis quelques saisons et avait sérieusement besoin de se renouveller ou de s'arrêter. Et elle a fait un peu des deux.

Le finale de la saison 6 avait un air de série finale avec une ouverture sur un spin-off. Chacun avait son "Happily ever after" et la paix semblait avoir atteint Storybrooke de façon définitive. Au milieu de tout ça se dessinait seulement une nouvelle aventure pour Henry. L'ère des Charmings semble bel et bien terminée, Blanche Neige et son prince vivent heureux dans une ferme, Emma et Hook vont avoir un bébé et l'intrigue de OUAT s'est déplacée bien loin de Storybrooke. Il y a un côté un peu étrange à laisser cette famille royale de côté, certains probablement ne suivront pas la série en saison 7, et pourtant moi j'y crois.

La série se ré-invente en gardant le même schéma, pas de doutes les personnages sont nouveaux mais les codes restent les mêmes. L'épisode 701 fait furieusement écho au 101. Henry a fait sa vie dans un autre royaume, qui n'est ni le monde réel, ni la forêt enchantée, ni Neverland, ni Wonderland, rien de ce qu'on connaît. Un royaume avec une autre Cendrillon, un autre Hook, d'autres versions des mêmes histoires. Et puis sur ce monde qui nous est encore assez mystérieux on a lancé une malédiction, le même genre que la première de la série. On retrouve Henry adulte et amnésique, comme Regina et le reste de cette petite société. J'ai été surprise de découvrir que ce Hook n'était pas le nôtre, mais pourquoi pas après tout. La méchante semble être la belle-mère de Cendrillon, et on se demande ce que Rumple fait là, lui qui avait trouvé finalement trouvé sa rédemption. Storybrooke et les Charmings me manquent un peu, mais je suis curieuse de voir si les scénaristes vont savoir exploiter efficacement ce changement de décor. J'avais beaucoup peiné à regarder le début de la saison 6, et je crois que la série avait vraiment besoin de se recentrer. Je croise les doigts pour ça fonctionne, en tout cas pour l'instant ça me plaît pas mal.

Posté par LucileLand à 19:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

01 octobre 2017

La vie à cinq

pub1

On a tous une série à laquelle on est particulièrement attaché. En ce qui me concerne, j'ai pas mal de séries préférées, mais je crois que si je ne devais en garder qu'une, sentimentalement parlant, ce serait Party of Five, "La Vie à Cinq" en français. Ce n'est pas la première série que j'ai suivie assidument, ce n'est pas non plus celle que j'ai le plus vue, mais c'est la seule à laquelle j'étais assez attachée pour en enregistrer les 6 saisons sur des VHS. Un tout petit peu plus tard j'ai aussi enregistré l'intégrale de Once & Again en VHS, c'est ma 2ème "Série-Doudou". Et c'est en partie à cause de ces 2 séries, qui ne sont que partiellement sortie en DVD (et encore, en zone 1 uniquement pour la 2ème) que j'ai toujours un carton de VHS et un magnétoscope dans mon salon. Je ne peux pas me résoudre à les jeter tant que je n'ai pas les coffrets DVD à la maison. Je me revois encore partir en courant à la sortie du lycée pour ne pas rater l'épisode de 18h10 sur Téva.
La Vie à Cinq a été malmenée par les diffusions françaises et par certaines critiques. M6 n'a jamais terminé la diffusion, Téva a pris le relais à une époque où le câble était assez minoritaire dans les foyers. Seules les 2 premières saisons sont sorties en DVD français sur le tard, et ça s'est arrêté là, faute d'acheteurs. Lors de ses 2 premières saisons, elle a frôlé l'annulation plusieurs fois, jusqu'à ce qu'on lui décerne un Golden Globe. Elle est connue pour être la série larmoyante, les enfants à qui il arrive un nombre de catastrophes incroyables. C'est vrai que les frères et sœurs Salinger, c'est pas la famille Jaidlachance. Et je ne vais pas non plus vous faire croire que cette série ne donnait jamais envie de pleurer, non, je suis même à peu près certaine que les quatre acteurs principaux ont été choisis parce qu'ils savaient très bien pleurer.

Je crois que la première qualité de cette série c'était le réalisme. Non je ne me moque pas de vous, je ne parle pas de l'accumulation de catastrophes qui leur tombent sur le coin de la figure en six saisons. Je parle d'une famille. Dès le pilote, on croit à ces frères et sœurs, à leur dynamique, à leurs ennuis. Et pas seulement parce qu'ils ont tous la même couleur de cheveux, non ils ont su créer cette alchimie parfaite. Un petit pitch rapide pour ceux qui ne savent pas de quoi je parle. Les parents Salinger sont morts dans un accident de voiture 6 mois avant le pilote. Six mois c'est bien, c'est assez pour qu'ils ne soient pas tous au bord des larmes à chaque épisode et qu'ils aient déjà trouvé un mode de fonctionnement sans les parents, mais ce n'est pas trop pour qu'ils soient encore en train de s'ajuster. Il reste 5 enfants. Charlie, 24 ans, le Matthew Fox qui fera Jack dans "Lost", est un très jeune adulte qui a abandonné la fac et les responsabilités et se retrouve tuteur des 4 plus jeunes, obligé de revenir à la maison et d'endosser le rôle de l'adulte; autant vous dire qu'il le fait à contrecœur et plutôt mal au début. Bailey 16 ans, Scott Wolf, plutôt mature pour son âge prend les rênes, il gère le tableau de garde du bébé, le contenu du frigo, les factures à payer et les devoirs de sa petite sœur, mais franchement il aimerait bien que Charlie le seconde un minimum pour faire des trucs de son âge. Julia, 15 ans, Neve Campbell, "Sydney Prescott" de Scream, était l'adolescente parfaite, des A dans toutes les matières, responsable, mais tout à coup le fait de ne plus avoir personne pour lui dire à quelle heure rentrer le soir la plonge dans la crise d'adolescence, elle sort avec les mauvais garçons, se fait des amis pas très nets, et se met à bosser dans un bar pour se faire de l'argent à l'insu de ses frères. Claudia, 11 ans, Lacey Chabert, est la petite soeur violoniste au caractère bien trempé, c'est elle qui remet ses aînés à leur place en leur rappelant qu'elle a besoin d'eux et qu'ils font n'importe quoi, la petite conscience de la famille. Et puis Owen, le bébé, dont le rôle est plutôt fédérateur, quand les temps sont durs ils doivent rester une famille, au moins pour lui. Tout ceci définit à peu près les enjeux de la première saison, Charlie n'arrive pas à se mettre dans son rôle de parent, Julia fait n'importe quoi, et les services sociaux planent au dessus de la famille, s'ils craignent que Claudia et Owen manquent de quoi que ce soit, on leur enlèvera. Et la famille c'est tout ce qu'ils ont, même si le torchon brûle souvent. Franchement ils s'engueulent énormément, mais après tout c'est plutôt crédible, Charlie essaie de se faire figure d'autorité, et si ça marche pas mal avec Claudia, Julia et Bailey ont eux plus mal à trouver ça légitime. Alors oui, ça crie beaucoup, mais ça débouche souvent sur une scène de réconciliation pleine de justesse entre 2 membres de la famille. Les dialogues sont bien écrits, et les membres de la fratrie ont tous une relation différente les uns avec les autres. Charlie est très paternel avec Claudia, mais plus sur un pied d'égalité avec Julia et Bailey, il ne sait pas comment faire, personne ne sait quoi dire quand Julia se fait larguer par son premier petit-ami, à part "on t'avait prévenue, c'était pas un gars pour toi", personne pour la réconforter, pourtant il trouvera les mots avec Bailey quand sa petite-amie mourra d'une overdose quelques mois après. Charlie est maladroit avec Julia, dans les situations de crise comme lorsqu'elle fait sa fausse-couche, il le dit, il regrette que leur mère ne soit plus là, il n'a pas les mots. Julia est la figure maternelle, réconfortante, toujours là dans les moments difficiles, pour apprendre à Charlie à danser avant son mariage, pour lui nouer son nœud-papillon, là pour Claudia qui découvre la puberté, pour lui dire que ça ne va pas être simple et qu'elle-même est encore en train de se débattre dedans. Mais elle passe son temps à se chamailler avec Bailey, comme un frère et une soeur qui n'ont qu'un an d'écart. Bailey est le seul à se placer du côté de Charlie après son mariage annulé, quand tout le monde lui en veut "You're probably gonna hear that from a lot of people, so you don't need to hear it from me. I don't always get you Charlie, sometimes you do things... But you know what ? i'm gonna love you anyway. Because you're my brother, and I think you could use someone on your side. So that's me, I'm on your side." Franchement, c'était super bien écrit !

La plupart des épisodes ne traitaient pas de grands thèmes qui faisaient pleurer, juste de la vie de tous les jours de ces 4 Salinger, des histoires d'amour compliquées de Charlie avec Kirsten, du restaurant de leur père qu'il fallait reprendre, des études de Bailey ou Julia, du violon de Claudia. Le fait qu'ils étaient orphelins était forcément très présent, parce que quand Bailey voulait lâcher le lycée, il n'y avait personne pour lui dire non, quand Charlie voulait trouver quoi faire de sa vie, il se retrouvait coincé avec le restau de son père que personne ne voulait vendre. Et puis il y avait quelques épisodes pivots magnifiques dont on se souvient. Le premier, celui de Thanksgiving, quand Alcott, le type qui a tué leurs parents dans un accident, est relâché de prison, est un épisode fort en émotions. Il montre les réactions différentes des 4 Salinger. Charlie qui culpabilise car il devait baby-sitter Claudia et Owen le soir de l'accident et qu'il est arrivé en retard, s'il avait été à l'heure, les parents n'auraient pas été sur la route à ce moment. Il décide qu'ils ne doivent pas accepter de rencontrer cet homme qui veut s'excuser. Mais finalement chacun ira de son côté. Charlie pour se débarrasser de sa culpabilité, Bailey très en colère qui veut le faire souffrir comme il a souffert, Julia qui veut lui pardonner, et Claudia qui veut juste voir à quoi il ressemble. Julia à Alcott "The only thing I can do for you is tell you that we're going to be OK. My siblings and I. We're going to be OK.". Alcott à Charlie : "Let me do one good thing in this whole situation and tell you the truth. You're the hero in this story, Son." Et puis il y a eu l'épisode où l'assistante sociale débarque alors que personne ne sait chez quelle copine est Claudia, et que Julia 15 ans travaille dans un bar interdit aux moins de 18 ans, tous les éléments jouent en leur défaveur et on va placer Claudia et Owen. Mais c'est finalement Claudia qui sauvera la situation en allant parler à l'assistante sociale : "What about all the things we do right? Like the fact that Bailey gets up in the middle of the night, every night, for Owen? I mean, he's 16 and on Friday nights, he babysits! Julia trims my bangs, and she doesn't let me watch movies on cable, and Charlie has this rule about eating vegetables for dinner...and Bailey took my class on a field trip to the planetarium with, like, 3 other mothers!", et l'épisode se clôt sur Owen qui fait ses premiers pas. Dans la deuxième saison, il y a l'épisode du mariage de Charlie et Kirsten qui n'aura pas lieu, dans la saison 3 c'est "Intervention" quand la famille confronte Bailey pour l'envoyer chez les alcooliques anonymes, et ce monologue heartbreaking de Claudia "I can't take this, Bailey. You can't do this anymore. I mean it. That's it. I will not stand by and let you slowly kill yourself by drinking to death. If you don't get help, I don't wanna see you. You can't talk to me, and you can't talk to Owen, and you can't come over to the house, and I'm not gonna come see you and I'm not gonna call you and I'm not even gonna think about you. I love you. More than anyone else. I love you the best. You know that. This is the only thing I have that I can take away from you. To make you stop. Either you get help right now, or get outta here!" Et on regarde Bailey sortir de la maison sans un regard en arrière... Je pense aussi à la dernière saison, l'épisode où Charlie et Kirsten se marient enfin, et le toast de Charlie qui résume les 5 saisons passées : "A lot of you worried when they left that maybe things wouldn't turn out alright, that maybe we'd learn the wrong lessons from losing them, that we'd be so scared from losing them that we'd never attach ourselves to anything again, including each other. I can't speak for everyone, but I know what I learned. When something is important to you, you grab on with both hands and you don't even think about letting go. Letting go is not even an option. So, I don't know what's next for us after this, but I know that I don't have to worry. Because my parents left me the secret to life. Mom and Dad, we never let go. And I don't believe we ever will."  Il y a eu tellement de lignes de dialogues qui m'ont été droit au coeur dans cette série, je ne peux pas toutes les citer, la discussion entre Bailey et Charlie dans la jardin après la mort de Jill, celle de Charlie et Julia dans sa chambre après sa fausse-couche, ou tout ce que j'aurais envie de citer du dernier épisode...

Bien sûr on a critiqué l'accumulation des déboires de cette famille, et c'est vrai, la perte de leurs parents, la grossesse de Julia, l'alcoolisme de Bailey, le cancer de Charlie, la mort de la petite-amie de Bailey, le suicide de la copine de Julia, le divorce de Julia à 19 ans... Vu d'ici c'est too much. Mais étalé sur 6 saisons finalement, il fallait bien des intrigues ! Et pris les uns après les autres, quoi d'invraisemblable à ce qu'une ado sans mère pour fixer des limites tombe enceinte ? Puis à ce qu'elle claque la porte de la maison le bac en poche pour se marier avec son ex-bad-boy pour en divorcer un an après ? Et Bailey qui part à l'université après s'être occupé d'Owen et Claudia pendant 2 ans, jette ses responsabilités par la fenêtre, fait trop la fête et tombe dans l'alcoolisme, pourquoi pas ? Charlie qui annule son mariage au dernier moment parce qu'il a l'impression d'avoir une vie toute tracée à 25 ans : il vit dans la maison de son père, s'occupe de son restaurant, élève ses enfants... Tout à coup il perd pieds, quoi de plus normal ?

La Vie à Cinq était une très bonne série sur les relations frères/soeurs. Avec un bon cast secondaire, Kirsten (Paula Devicq) l'amour on et off de Charlie, Will (Scott Grimes, Archie dans Urgences) le meilleur ami de Bailey, Sarah (Jennifer Love Hewitt) la petite-amie de Bailey qui aura droit à son spin-off raté, Griffin (Jeremy London) le bad-boy mari/ex-mari de Julia qui squatte la cabane du jardin, Justin l'ami d'enfance de Julia, Jody (Marla Sokoloff) la copine rebelle de Claudia qui lui fera prendre une cuite à 12 ans...


Je vous laisse sur cette citation du dernier épisode qui parle bien mieux que moi de ce qu'était Party of Five. C'est Charlie qui essaie de convaincre ses Bailey, Julia et Claudia d'accepter des opportunités qui vont les emmener vivre loin de Charlie et Owen, sur la côte Est.

Charlie : If they were alive, we'd all have left years ago. None of us would know Owen, I'd barely know any of you and none of you would know me, I'd have been out of the house for so long... Maybe we'd catch up once a year to Birthday party or christmas morning but we'd be off living separate lives. And that wouldn't be a tragedy, it would just be how it was meant to be. The truth is, we've stayed together so much longer than most families, we've taken care of each others so much longer... It's got to be okay to take care of ourselves now.
Julia : It's hard to imagine all of us in differents places
Charlie : It's gonna happened eventually... Bai ?
Bailey : I don't know man. This works for us, staying close. I don't think we should mess with that.
Charlie : For how long ? Forever ? We're not children anymore. We were then, even me at 24, I was lost and terrified, and none of us knew how to get through this except to stay together. That was our lifeboat, each others, we just got in and held on so tightly, that's how we made it. But now it's six years later and we all want good things for each others, we all want each others to have the best possible chance of being happy. We love each other. Doesn't that mean we got it right ? Doesn't it ?
Julia : Yeah...
Charlie : But not if we believe that we are only a family if we're close enough to touch. I mean, if that's what we're left with, than we failed. We survived so much more than distance, distance is nothing. You should go.

 

Posté par LucileLand à 14:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

30 septembre 2017

Hartley coeurs à vif

Régulièrement, AB1 rediffuse Hartley Coeur à Vif. Cette série qui a accompagné mes années collège, et qui m'a appris qu'on pouvait changer tout le casting d'une série et continuer. Urgences a fait ça aussi quelques années après. Je n'avais pas vu Hartley depuis une dizaine d'années, et me retrouver devant, c'est un petit plaisir !

J'avais de vagues souvenirs d'Hartley. Je regardais ça quand j'avais 10-11 ans avec mon frère et ma soeur. C'était l'époque où mon frère habitait encore à la maison et qu'on regardait nos séries en rentrant de l'école sur la télé de la chambre d'amis. Là-haut, à l'étage où maman ne montait pas, le soir on regardait tous les trois Hartley, Beverly Hills et Les années collège en mangeant du chocolat. Après les traditions se sont un peu perdues, mon frère a déménagé, la télé est redescendue dans le salon, Brandon et Brenda sont partis à la fac et il y avait des gens que je ne connaissais plus dans Hartley, bref, j'ai regardé d'autres trucs. J'ai appris récemment que la plupart des gens de mon âge avaient regardé la deuxième génération d'Hartley, celle de Drazic, Anita et Ryan. Moi je ne vais pas vous mentir, je sais à peine à quoi ils ressemblent. Mes souvenirs d'Hartley c'est Nick, Jodie, Costa, Rivers, Steve, Katarina, Danielle, Southgate, Deloraine, Yola et Sam. Mon Hartley c'est celui-là :

Hartley Coeurs A Vif - Heartbreak High - Générique de la saison 2



Le héros de mon Hartley, c'était Nick Poulos. il ouvre le générique et il le clôt. On entre dans Hartley avec lui. Nick c'est le gamin populaire qui tombe amoureux de la petit nouvelle. La petite nouvelle c'est Jodie, la chanteuse grunge un peu loner. Bah ouais c'était l'époque de Kurt Cobain. Le début des années 90, les jeans troués, les sur-chemises à carreaux, les skate-boards, les walkmans à cassettes, le mur de Berlin qui venait de tomber... Bref, c'était une autre époque ! Donc Nick et Jodie c'est le couple phare de la saison 1, les enfants terribles qui s'aiment, se séparent, se re-aiment, se re-séparent et... ... ... et puis Nick meurt. Jodie pleure assise sur un rocher sur la plage, les yeux dans l'eau. Et c'est triste à fendre les pierres. Nick amène aussi sa famille avec lui. George et Irène Poulos, les parents pleins de traditions grecques, Effie, la petite soeur attachante. Et puis Costa Bordino, le cousin et meilleur pote, celui qui dirige un bar à 17 ans, passe des coups de fils en classe avec son téléphone mobile de 5kg et joue les apprentis managers pour Jodie. Costa c'est l'homme d'affaire italo-grec en culotte-courte de l'Australie. C'est aussi souvent un peu l'élément comique avec ses plans foireux et sa coiffure douteuse. Plus tard c'est par Nick aussi qu'arrive Katarina, la peste de la série c'est la fille de Stella, la copine du père de Nick. Parce que le premier drame de la série c'est la mort d'Irène Poulos, la mère de Nick et Effie. Donc Katarina commence par mettre le boxon chez les Poulos, s'engueule avec Nick et squatte le lit de Rivers. Après, quand les Poulos seront décimés, elle reviendra habiter chez les Bordino (famille cousine des Poulos) et séduira Costa. Katarina c'est un peu la petite cousine chieuse, qui exaspère tout le monde mais qu'on aime bien quand même parce que c'est la famille. Et les Bordino deviennent les Girard de Hartley, la famille d'accueil quoi... Quand George Poulos repart en Grèce, il laisse Nick et Effie chez les Bordino, et quand Kat revient elle habite tout naturellement chez eux. Bref, la base de Hartley, c'était clairement les Poulos et les Bordino, et après il y avait les potes des deux cousins Nick et Costa.



hartley



La bande de potes de Hartley, comme dans toute série, c'est une famille à elle toute seule. Plein de gamins venant d'horizons différentes, des caractères bien trempés qui s'engueulent souvent. On a quelques australiens, deux grecs, un italo-grec, une fille du Salvador, un vietnamien, une libanaise, c'est assez multi-culturel. Au début ils sont plus camarades que copains, et puis au fur et à mesure des épreuves on voit les liens se nouer. Ils sont tous différents, et pourtant on comprend pourquoi ils se sont rapprochés. Je pense notamment à Jodie et Rivers, une amitié improbable qui s'est formée sous nos yeux, alors que Jodie essayait de surmonter la mort de Nick et que Rivers essayait d'oublier Sam. Il y a du monde dans Hartley, mais les intrigues sont bien dispatchées, on n'oublie personne. Tout le monde a droit à son fil rouge, chacun son tour. Chaka avec la disparition de son père au Salvadore, qui se retrouve avec ses frère et sœur à charge, avec Costa et Rivers qui veillent sur elle. Chaka qui sera la 1ère à quitter le casting pour rentrer au Salvadore. Y'a aussi Rose la libanaise qui aura un bébé avec Jack l'asiatique, au grand désespoir de son père qui voulait la marier à un libanais. Y'a Steve, le photographe, le gentil garçon, l'amoureux de Danielle, qui découvre qu'il a été adopté et nous sort Allie, une sœur chiante, de son chapeau en cours de série. Il tombera d'une falaise... Et puis y'a Danielle qui est un peu sans intérêt, à part qu'elle a un temps piqué Nick à Jodie.


samriversjodienick


Moi mes préférés ce sont Rivers et Jodie. Ca a longtemps été Nick aussi, mais si j'y pense trop je le revois sur son ring de boxe et je suis triste. Rivers, le motard rebelle qui sèche les cours et pique des voitures, avec sa mère alcoolo-dépressive, son père qui s'échappe de prison, et évidemment son histoire avec Samantha Robinson. Ah Mrs Robinson... La seule prof de l'histoire qui couche avec un de ses élèves mineurs, se fait virer et revient enseigner 6 mois après dans le même lycée, avant de se barrer en moto avec ledit élève. Leur histoire est en plusieurs partie, elle commence dans la saison 1 et se termine dans la saison 3. Sam fait grandir Rivers, il apprend même à se laver les cheveux. J'aime toute la saison 3 quand Sam est de retour et fait croire à Rivers qu'elle ne l'aime plus. Rivers mûrit, il ronge son frein en attendant d'attrapper son diplôme et de pouvoir partir avec elle. Avec Nick et Jodie, la plus belle histoire d'amour c'est eux.
Jodie a une famille un peu bancale, une soeur un peu chiante, des parents qui ne s'occupent pas d'elle. Elle vit seule à 16 ans. Elle écrit des chansons et rêve de devenir professionelle. Elle partira à plusieurs reprises pour des tournées ou des enregistrements, laissant Nick à Hartley, d'où leur histoire On/Off passionnelle. Jodie partait loin en enregistrement quand Nick a fait son tragique combat de boxe, on la voit changer d'avis à l'aéroport et revenir à toute vitesse vers lui, elle arrive pour le voir prendre un dernier coup et s'écrouler. Ca n'aidera pas son côté dark and twisty.

Heartbreak High -1367742


En saison 2 arrive Matt, le neveu du proviseur. De base je ne l'aimais pas, il venait remplacer Nick, il était beau gosse, c'était Gary Stu. Il a poussé le vice jusqu'à sortir avec Jodie. Et pourtant avec le temps je l'ai adopté. Il emménage au hangar avec les gens cools, Rivers, Jodie et Steve, il devient une des têtes de turcs de Southgate, il a des problèmes avec son connard de père et il s'intègre bien dans la bande.

Je n'ai pas parlé des adultes... Dans Hartley on s'intéresse au corps enseignant, même on s'y attache. Deloraine, le proviseur cool, parrain du bébé de Rose, oncle et tuteur de Matt. Mlle Milano la nouvelle prof un peu coincée, qui devient coach de l'équipe de foot et partira en Afrique assez rapidement. Southgate le pion irascible, souvent dur et brut de décoffrage, parfois celui qui aura le bon mot lors d'un coup dur, c'est un peu le mentor de Rivers, même s'il ne l'avouera jamais. Yola la conseillère d'orientation un peu copine des élèves, qui s'en va avec Southgate à la fin de la saison 2, enceinte d'un flic mort en service. Et Sam... Sam, la prof motarde avec son blouson de cuir qui lutte contre ses sentiments pour Rivers avant de s'enfuir avec lui. Et puis y'a deux-trois profs blonds qui se succèdent et qui m'intéressaient peu. A part Sam, le corps enseignant est une figure parentale dans Hartley, les élèves sont durs, les profs leur serrent la vis, mais ils sont aussi là quand tout dérape. Quand Nick meurt sur un ring coaché par Southgate, quand Steve apprend qu'il est adopté et se confie à Southgate, quand les filles enceintes viennent se confier à Yola, quand Mlle Milano se bat avec eux pour l'équipe de foot du lycée, quand Steve meurt, quand Deloraine et Yola accouchent Rose dans une salle de classe. Les élèves de Hartley sont tous un peu paumés, les profs sont là pour leur montrer le droit chemin et parfois les porter à bout de bras. Les profs sont rarement aussi développés que dans Hartley, on les voit même souvent chez eux, ils sont plusieurs à vivre en coloc'.


Et puis arrive la saison 4. C'est le moment où j'ai décroché il y a une quinzaine d'années, AB1 en est là. Rivers vient de s'enfuir avec Sam, Jodie est partie en tournée et va bientôt embarquer Costa avec elle, Steve est tombé de sa falaise, Effie est rentrée en Grèce. Nick, les Poulos, Yola et Southgate sont des souvenirs depuis longtemps. Matt, Danielle, Katarina sont encore là, Allie la soeur de Steve aussi. Costa est là aussi, mais en sursis. Bolton est personnage secondaire depuis la saison 1 et arrive sur le devant de la scène. Le hangar est dépeuplé de ses habitants et de nouveaux emménagent. Et je n'ai plus vraiment envie de regarder... Je suis déjà tombée sur des épisodes avec Hartley 2ème génération, mais je crois que les personnages auxquels je m'étais attachée me manquaient trop. Le changement de casting est trop brutal. Stassy, Declan et Charlie font leur apparition. La saison 5 va se débarasser rapidemment de Matt, Bolton et Allie et verra débarquer Ryan, Anita, Drazic et d'autres. Je trouve quand même ça bizarre que le Hartley qui commence soit l'époque favorite de la plupart de mes amis, alors que dans ma télé c'est le début de la fin.


En hommage à la première génération d'Hartley, quelques épisodes cultes :




- 102 - Jodie, nouvelle recrue, rap dans la cour et chante "Burn, burn", Deloraine et Southgate pensent que c'est un hymne à la révolution. Les élèves se battent pour leur liberté d'expression au lycée. La drague intensive de Nick finit par payer et lui et Jodie s'embrassent dans la rue.

- 106 - Les élèves se réunissent autour de Chaka pour l'aider à faire face pendant que sa mère est au Salvadore sans donner de nouvelles. Costa et Rivers se découvrent des âmes de protecteurs. Finalement Yola qui vit en coloc' avec Mlle Milano va prendre Chaka, son frère et sa soeur chez elles.

- 108 - La mort d'Irène Poulos. La famille se désagrège, George est enfermé dans sa douleur, Nick cogne pour compenser sa peine et Effie cherche des bras dans lesquels pleurer. Finalement c'est Tante Helen qui les remettra sur les rails, Nick va reformer le ciment de cette famille, et le soir la bande de potes va débarquer avec des pizzas dans la cuisine des Poulos. C'est la premier vrai rassemblement, la première fois qu'on les sent tous unis autour de quelque chose, et ce quelque chose c'est Nick.

- 120 - Nick et Danielle sortent ensemble en cachette, alors qu'ils sont officiellement avec Jodie et Steve. Steve et Nick se battent pendant une sortie scolaire, Steve finit à l'hôpital et Nick ne comprend pas pourquoi ils ne peuvent plus être copains...

- 136 - La mère de Rivers découvre sa relation avec Sam. Sam se fait virer du lycée et part toute seule sur sa moto. Rivers est dévasté, moi aussi.

- 137 - Rose accouche dans une salle de classe, entourée de Yola, Rivers, Deloraine et Costa. Awkward. Mais plutôt mignon au final.

- 138 - 201 - Depuis une dizaine d'épisodes, Nick vit sa passion pour la boxe, coaché par Southgate. Il fait une rupture d'anévrisme sur le ring et meurt devant tous ses amis. L'épisode suivant est bien géré, avec l'arrivée de Matt et d'un nouveau prof qui allègent le pathos. Matt fait une vidéo en devoir de classe et tout le monde finit par parler de Nick. Effie est en colère après son frère qui lui avait promis de rester avec elle toujours, Costa renouvellera sa promesse, il devient le grand frère par procuration. Jodie est une loque. Costa est drôle, il laisse un message affectueux à son cousin mais lui rappelle qu'il lui devait 20 dollars. Costa est finalement le plus émouvant. Avec Southgate qui clôt l'épisode et se sent coupable. C'était lui qui entrainait Nick... Bref, j'ai pleuré.

- 213 - 214 : le bateau de Southgate a été volé. Le pion soupçonne Matt et Rivers qui lui ont font voir de toutes les couleurs. Les deux lycéens font donc équipe pour découvrir les coupables, un binôme inattendu qui marche bien. Puis Southgate s'en va, avec toute l'ambiguïté des sentiments qu'il suscitait chez les élèves. Rivers est probablement le plus touché, mais peine à le montrer. Yola s'en va aussi, elle manquera aux élèves.

- 301 - Le retour de Sam... Elle explique à Deloraine qu'entre elle et Rivers il ne se passera plus jamais rien. Rivers lui n'est pas passé à autre chose. Jodie est la seule à comprendre Rivers, elle essaie de le réconforter comme elle peut. Ce duo marche tellement bien...

- 311 - Les parents Bordino s'absentent pour le weekend. Kat organise une fête à la maison à l'insu de Costa, Matt se retrouve à défiler en rollers au lycée avec la robe de mariée d'Helen Bordino. Des casseurs s'invitent et Rivers se bat pour protéger Sam. Un épisode qui sent bon l'amitié, surtout sur la fin de la saison 3 où le compte à rebours a commencé, tout le monde commence à partir. Sam et Rivers se rapprochent. Jodie programme sa tournée, costa et Kat se séparent.

- 313 - Il faut sauver Hartley qui risque de fermer faute d'inscriptions. Jodie déjà star, revient le temps d'une chanson à la demande de Costa. Sam a plaqué son blondinet et décide de quitter la ville. Rivers hésite sur la conduite à tenir. Steve est catégorique, Rivers est insupportable quand Sam n'est pas là... "Pars ! Pas question que ça recommence comme la dernière fois. Epargne-nous ça. Pars avec elle." Et Rivers et Sam partent ensemble sur les routes australiennes... Sniff ! Ah oui sinon, Hartley est sauvé par la bande.

- 402 - Steve a été retrouvé en bas d'une falaise. Ses potes lui rendent hommage. Evidemment c'est émouvant. Surtout la dernière scène sur la plage.










Posté par LucileLand à 15:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

28 septembre 2017

Un village français - saison 5

En janvier dernier, j'ai découvert Un Village Français, et j'aime beaucoup plus cette série que ce que je n'aurais pensé !

Un Village Français est une série de France 3 qui commence en juin 40 lorsque le village de Villeneuve voit débarquer l'occupation. Le rythme est de 12 épisodes couvrant une année d'occupation. Une fiction qui a autant de marge de manoeuvre pour couvrir la 2nde guerre mondiale, c'est nouveau. Ca laisse du temps pour étayer le propos, et notament pour développer la fabuleuse galerie de personnages qui font la série. Car il y a du monde dans le casting principal ! Et ce que j'aime le plus c'est que tous les personnages sont gris, personne n'est que bon ou mauvais, et ceux qui finiront probablement en héros s'ils ne se font pas tuer avant ont presque tous trahi sous la pression, eu des motivations douteuses ou collaboré. Il arrive que les allemands sauvent la peau des français pour diverses raisons et que les ordures retournent leur veste. Pas de caricatures, mais des personnages humains et attachants qui vont presque tous faire des erreurs à un moment ou un autre. Je suis à la fin de la saison 5, nous sommes en novembre 43, la série a diffusé la saison 6 et la moitié de la 7 qui sera la dernière. Jusque là les personnages principaux ont été plutôt épargnés par la mort, j'ai un peu peur que ça ne dure pas... La série est historiquement intéressante, elle aborde des points dont je ne me rappelais pas tellement. Le fait que la ligne de démarcation ait sautée en 43 par exemple, supprimant la France libre du sud. On voit débarquer un convoi de juifs qui font halte pendant plusieurs épisodes à Villeneuve avant de reprendre leur route, vers  quoi ? les personnages n'en ont aucune idée, le spectateur sait que c'est vers les camps. On demande aux villageois qui n'ont rien de leur trouver un endroit et de leur donner à manger. On les parque à l'école, on fait une collecte pour leur trouver trois fois rien à manger... La trame sur la déportation des juifs est une des plus intéressantes de la série. Elle arrive à toucher tous les personnages, chacun d'une manière différente, et fait vaciller les plus maréchalistes. Et puis il y a le STO, les déserteurs et le maquis qui monte. Chaque saison ou demi-saison apporte un nouvel aspect historique.

J'ai commencé la série après avoir fini Engrenages parce que j'y retrouvais deux acteurs bien aimés. Audrey Fleurot joue la femme du maire et docteur du village, et encore une fois elle campe superbement son rôle. On pourrait facilement détester Hortense Larcher, déchirée entre deux hommes, son mari et le chef de la gestapo, changeant sans arrêt de camp. Et pourtant elle est touchante, parce qu'elle reste sincère malgré tout et se laisse guider par son coeur qui, malheureusement pour elle, est amoureux de deux extrêmes. Hortense est capable de recueillir un petit orphelin et de l'élever comme le sien, de mentir au père qui le cherche puis d'abandonner cet enfant pour aller rejoindre son amant. Elle est capable de se faire torturer pour son ex-mari et de livrer son frère aux SS pour sauver son amant. Un amant qu'elle peut également délaisser pour s'occuper de ce fils adoptif qu'elle a abandonné et du fils du beau-frère qu'elle a livré aux allemands. Hortense est un personnage complexe qui arrive toujours à ses  fins, difficile à cerner. J'aime la façon qu'elle a de faire des erreurs par amour et d'essayer de les réparer ensuite. Flamboyante, sa belle chevelure rousse risque fort de finir tondue...

Thierry Godard (le Gilou d'Engrenages) campe Raymond Schwartz, patron de la scierie du village, collabo puis résistant. Raymond hésite à se lancer dans le commerce avec les allemands mais il a besoin d'argent et a peu de scrupules. Seulement Raymond, marié à une connasse maréchaliste pleine aux as, est amoureux d'une fermière résistante mariée. Il va falloir du temps au personnage pour se libérer de ses chaînes, 3 saisons, puis une 4ème d'où il est presque absent (tournage d'engrenages concomittent...). Et le revoilà dans la saison 5 dont les événements risquent fort de l'amener à un revirement total. Raymond est un personnage que j'aime beaucoup, il n'a peur de rien, il ne sait juste pas très bien de quel côté il doit prêter allégeance et manque de convictions, alors il attend de voir dans quel sens on le pousse. Je suis certaine qu'il finira la série avec les héros de la résistance. #TeamRaymond

Et puis il y a les frères Larcher. Daniel le mari d'Hortense, cocu toujours, médecin et maire, qui essaie de rester neutre, forcé de collaborer un peu pour épargner la population. Lorsqu'il est à la tête de la ville, il s'arrange avec la police française pour faire au mieux, contenter les allemands et faire peu de victimes, limiter la casse, ne pas mettre l'occupant en colère. Et puis sa femme s'installer chez l'ennemi, il tombe amoureux d'une juive et choisit son camp un peu malgré lui. Un jour, il n'est plus maire de Villeneuve et tout va de mal en pis. Et son frère Marcel, le communiste, père veuf d'un petit garçon. Marcel est personnage très attachant, malgré les côtés Kamarade un peu agaçants. Il se bat très tôt et rentre dans les prémices de la résistance. Ca fait 2 saisons que je pense qu'il va mourir au prochain épisode, je commence à avoir très peur qu'on me tue mon Marcel très prochainement. Les 2 frères ne se sont jamais vraiment entendus, mais Marcel en cavale peut compter sur Daniel pour élever son fils et lui sauver la peau à l'occasion. Marcel croit assez en La Cause pour laisser son fils être élevé loin de lui et un peu trop au goût de la Kamarade qui va tomber peu à peu amoureuse de lui malgré les interdictions du Parti.

Un gros coup de coeur pour Marie également, maîtresse intermittente de Raymond Schwartz. Personnage important de la résistance dès 1940 alors qu'elle vit dans la zone libre. La ligne de démarcation passe juste à côté de Villeneuve. Marie fait partie de ces rares personnages qui n'ont pas grand chose à se reprocher pendant cette guerre, elle s'est toujours battue du bon côté et battue sans compter au détriment de sa famille.

Au village il y a aussi les instits, la jeune Lucienne timide et peureuse qui va s'amouracher d'un beau soldat allemand malgré les interdits et tomber enceinte de lui. Le gentil Jules, directeur amoureux de Lucienne qui va sauver la situation en épousant Lucienne et en reconnaissant son bébé. Jules, qui parait tout doux et inoffensif, et fini par réveler sa face caché lorsqu'il aide un juif à monter la résistance à Villeneuve en zone occupée. Sans l'approbation de Lucienne.

Et puis les flics. De Kervern, le commissaire résistant et refusant de collaborer qui va se faire rapidemment virer car il dérange. Marchetti le jeune flic aux dents longues qu'on commence par bien aimer quand il tient tête aux allemands pour sauver De Kervern, qu'on déteste ensuite cordialement pendant plusieurs saisons, avant de lui trouver quelques excuses. Comme les autres, Marchetti a ses faiblesses, il tombe amoureux, fait de la merde et en paie l'addition, sa vision du monde change alors, un peu. Je ne sais pas comment Marchetti va finir la guerre, pas si sûre que ce soit complètement dans le camp des connards.

Enfin Heinrich Müller, le chef de la Gestapo, amant officiel d'Hortense. Je n'irai pas jusqu'à dire que j'aime bien Heinrich, mais j'aime bien ses scènes. Il est rare qu'on nous fasse un portrait aussi détaillé du "méchant". Heinrich est là pour tenir Villeneuve en laisse, empêcher les débordements, museler la résistance, torturer et tuer si besoin. Mais Heinrich tombe amoureux d'Hortense. Alors Heinrich se trouve empêtré dans ses contradictions. Il peut torturer Hortense pour faire parler Daniel comme il peut protéger Daniel pour faire plaisir à Hortense. Il court après Marcel (le beau-frère communiste d'Hortense), le tient au cachot, s'apprête probablement à le fusiller, mais il dîne avec le fils de Marcel et lui apprend à faire moins de bruit en mangeant sa soupe. Les quelques scènes en saison 5 entre Heinrich et Gustave sont intéressantes. Notament celle où Heinrich explique au fils de Marcel que oui il tient son père prisonnier, mais qu'il n'y a pas de gentils, pas de méchants, que c'est juste la guerre et que son père se bat contre lui. La guerre est presque perdue pour les allemands, Heinrich le sait et laisse peu à peu tomber ses barrières, le personnage promet de devenir de plus en plus intéressant.

Il y a encore beaucoup d'autres personnages dans Un village français. Je ne saurais trop vous conseiller de regarder cette série pour faire connaissance avec eux !

Posté par LucileLand à 14:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

26 septembre 2017

Engrenages - saison 3

Alors que la saison 6 a repris sur Canal +, petit retour sur la série phare de la chaîne alors que j'en étais en pleine saison 3.

J'avais commencé pour Gregory Fitoussi, l'ex beau gosse de Sous le soleil qui s'est mis à faire de bonnes séries (j'ai aussi entamé Mr Selfridge, monsieur s'exporte en Angleterre). Et j'ai continué pour tous les autres. Parce que le personnage incarné par Fitoussi est certes très agréable à regarder, mais beaucoup trop lisse pour moi.

Engrenages est une série policière qui n'a pas peur d'être crue, sordide et crade. Ca commence doucement, et plus les saisons avancent plus ça se creuse. Les personnages combattent de plus en plus de démons personnels, on nous montre sans problème du sang, des meurtres, des autopsies et des flics qui dégueulent. Visuellement même l'image s'assombrit. Ca change des séries américaines stérilisées, j'aime bien. Il y a plusieurs équipes dans Engrenages, les flics, les magistrats et les avocats, ils suivent leurs intrigues en parallèle et se croisent au gré des affaires qui se rejoignent.

J'ai d'abord eu un faible pour les histoires des magistrats. La 1ère saison nous plonge dans les problèmes de Pierre Clément (Fitoussi donc), jeune procureur qui vient d'être nommé au quai des Orfèvres et se retrouve le cul entre deux chaises quand il s'aperçoit que son meilleur ami est mouillé dans le crime de la saison dont il gère le dossier. Il essaie d'agir de façon juste tout en protégeant son pote, pas facile pour un type comme le procureur Clément qui est droit dans ses bottes et n'imagine pas transgresser la loi, un choix va vite s'imposer. Au milieu de tout ça il essaie de divorcer tout en recouchant avec sa femme et fricote avec la capitaine de police Laure Berthaud. Les saisons suivantes vont s'éloigner un peu du proc Clément en zoomant sur d'autres personnages. Dans la magistrature il y a aussi le juge Roban qu'on adore, soyons clairs ! Un vieux un peu pince-sans-rire qui n'en fait qu'à sa tête pour faire régner la justice malgré les bâtons que le parquet lui colle dans les roues. Etonnament le juge Roban est en plus assez marrant. La saison 3 est son heure de gloire, on lui découvre une mère, un frère, une ex et ça va être à son tour de devoir choisir entre liens familiaux et justice. Ce juge d'instruction se retrouve souvent en contact avec la PJ notament le capitaine Berthaud qui ne fait que s'attirer des ennuis, il l'aime bien et essaie de lui faciliter la tâche. Il s'entend pas mal avec Pierre Clément aussi, j'aime bien leurs scènes ensemble. Et puis le fouteur de merde c'est le procureur Machard avec ses yeux globuleux, un vieux qui essaie d'étouffer les affaires concernant les notables du pays, il se met à dos Clément et Roban, pour l'instant il a juste réussi à faire tomber Clément.

Dans les avocats il y a principalement Joséphine Karlsson, la dame du lac de Kaamelott, une femme aux dents longues qui n'a pas peur de défendre des criminels pourvu que ça lui rapporte du pognon. Sa némésis c'est le capitaine Berthaud contre qui elle a plusieurs fois plaidé. On adore détester Joséphine, mais j'ai l'impression que ça va bientôt changer. En saison 3 elle vient de s'associer avec Pierre Clément, monsieur droiture incarnée. Je crois qu'à son tour, Joséphine va avoir bientôt droit au développement de ses intrigues, on va mieux apprendre à la connaître, peut-être qu'on va lui trouver des excuses...

Et enfin il y a la PJ, Laure Berthaud, Gilou et Tintin. J'ai appris à les aimer en saison 2 avec l'affaire des stups, la saison 1 était pour moi trop focalisée sur Pierre Clément, les intrigues de Gilou le camé me faisaient chier. Le truc sympa c'est que dans l'équipe la capitaine c'est Laure, c'est la chef des 2 autres et ça ne pose jamais aucun problème. Dans le monde macho de la police c'est chouette. Alors c'est pas facile pour autant tous les jours pour Laure, faut dire qu'elle se retrouve tout le temps en train de couvrir les bavures de Gilou. Je crois que mon commentaire le plus fréquent quand je regarde cette série c'est "Putain Gilou !!!!!!". Laure est célibataire et vit au taff. Pour se détendre une fois de temps en temps elle couche avec un John Doe chopé au bar ou bien avec un type du palais, on n'en fait pas tout un plat, elle couche et puis elle va bosser et c'est oublié. Les intrigues de femmes à la télé sont rarement traitées de cette façon, Laure est ici juste "one of the guys" est j'aime bien ça. Alors bon, elle va brièvement se trouver un mec mais ça va mal se finir, et là en saison 3 elle est un peu dépressive, c'est pas la patate. On en vient donc à Gilou qui est là pour relever Laure quand elle fait de la merde parce qu'elle ne va pas bien. Gilou il est très attachant. Flic camé en saison 1, c'est Laure et Tintin qui vont le sortir de là, et après c'est comme le frangin de Laure, le frangin un peu sanguin qui fait des bavures quand il est énervé, du coup il fout la brigade dans la merde mais après ils picolent ensemble et se prennent dans les bras en s'insultant un peu. On ne compte plus le nombre de morts par erreur à cause d'une erreur de Gilou ou Laure, ils sont donc un peu dans le colimateur de la hiérarchie... Pour l'instant il n'y a aucune ambiguïté dans la relation entre Laure et Gilou, c'est ça qui me plait, mais j'ai un peur que ça change... A côté y'a Tintin, Fromentin, le 3e larron qui commence à en avoir marre de leurs conneries. Lui il est père de famille posé et voudrait éviter les emmerdes. Mais comme Gilou et Laure sont ses potes il commence par les engueuler et puis il vient les aider à forcer une porte pour faire disparaître des preuves contre eux. Ouais ils sont pas blancs-blancs les flics...

Engrenages est une très bonne série donc. Mais il y a de sérieux problèmes de continuité entre les saisons. Attention spoilers !


 

A la fin de la saison 1 on laisse Faye le pote de Pierre dans le coma. Comme on n'en reparle jamais en saison 2 on imagine qu'il est mort. Ca aurait été sympa de donner des nouvelles quand même, on a passé toute une saison à s'intéresser à ce gars !
En saison 1 on nous fait croire à un ship possible entre Pierre et Laure. Ils couchent, ils s'entendent bien. En saison 2 ils ont assez peu de scènes ensemble mais sont toujours amis. A quel moment ont-ils arrêté de se voir en dehors du quai des Orfèvres ? Y'a une raison ? On ne sait pas. Et en saison 3 plus rien, Pierre a quitté le quai des Orfèvres il n'y croise plus Laure et ne la tient même pas au courant de son changement de statut. Alors certes en fin de saison 2, jaloux de Samy il avait été un peu connard avec elle "Tu te crois irrésistible ou quoi ?", je l'avais insulté devant ma télé. Mais un peu de développement de leur relation aurait été bienvenue... Combien de temps se passe entre les saisons d'ailleurs ? Deux ans chez nous, mais dans la fiction ? Si c'est le même temps ça explique les gros blancs dans la continuité, mais ce serait gentil de nous en toucher un mot !
Et la disparition de Samy entre les saison 2 et 3 ? Pourquoi Laure est dans un tel état, que s'est-il passé ? Sérieux c'est chiant !

Bientôt un petit retour sur la saison 6 !

Posté par LucileLand à 20:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,